• 23 NOV 12
    • 1
    Les chocs émotionnels ou les blessures intérieures

    Les chocs émotionnels ou les blessures intérieures

    Chroniques d’une psy pas compliquée
    Quand le hasard s’en mêle, il nous apporte souvent son lot de belles surprises.  Mais, il arrive, pour une raison ou une autre, que certains événements viennent perturber profondément notre équilibre émotionnel. À titre d’exemple, être victime ou  témoin d’un vol à main armée, d’un accident d’auto, d’un incendie, d’une alerte à la bombe, d’une catastrophe naturelle, d’une agression physique sont toutes des situations qui pourraient nous arriver mais que nous souhaitons ne jamais vivre. Lorsqu’une situation comme telle se produit, nous disons alors que la personne traverse une crise suite à un événement traumatisant.

    Toute personne peut être touchée par ce type de situation et ce, peu importe son âge.  Enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, nous sommes tous susceptibles d’en vivre un, un jour.  Ce qui pour plusieurs est difficile à comprendre est qu’un événement de cet ordre peut causer des blessures émotionnelles profondes, au même titre qu’un accident d’auto peut blesser physiquement une personne.  Ce n’est donc pas parce que les blessures sont intérieures qu’elles sont inexistantes.

    Donc, qu’est-ce qu’un événement traumatisant dans ce contexte?
    Lire la suite

    Un événement traumatisant est une situation imprévisible, qui a un grand impact émotionnel, et au cours de laquelle la personne craint pour sa vie ou pour celle d’un de ses proches.

    Si moi ou un de mes proches est victime d’un événement traumatisant, quelles sont les réactions normales que je pourrais voir apparaître?

    Les réactions que je peux vivre sont des réactions physiques, émotionnelles, cognitives et spirituelles.  Nous nous arrêterons ici aux réactions physiques, émotionnelles et cognitives.  Il est important de savoir qu’il s’agit de réactions normales qu’il est possible que j’aie.  Il est tout aussi normale de ne pas toutes les avoir, ou de les avoir à des intensités différentes.  Chaque personne peut ressentir les réactions de façon différente.  Ces réactions peuvent être présentes et vont en diminuant jusqu’à disparition à l’intérieur d’un délai de 4 semaines.

    Sur un plan physique, voici ce que je pourrais voir apparaître :

    • Tremblements musculaires
    • Sueurs abondantes
    • Besoin d’aller aux toilettes
    • Nausées
    • Douleurs à la poitrine, hyperventilation
    • Maux de tête
    • Réduction des facultés auditives
    • Désorientation, manque de coordination
    • Étourdissements

     

    Sur un plan émotionnel, voici ce que je pourrais voir apparaître :

    • Accablement
    • Frustration
    • Anxiété
    • Manque de confiance en soi
    • Irritabilité
    • Colère et ressentiment
    • Tristesse
    • Peur
    • Paralysie émotionnelle

     

    Sur un plan cognitif et mental, voici ce que je pourrais voir apparaître :

    • Difficultés à prendre des décisions ou à résoudre des problèmes
    • Troubles de la mémoire à court terme
    • Difficultés à se concentrer
    • Vision étroite des choses
    • Difficulté à comprendre ou à communiquer avec les autres
    • Toubles du sommeil

     

    Comment est-ce que je peux savoir qu’un de mes proches ne va pas bien suite à un événement traumatisant s’il refuse de m’en parler? 

    Voici donc des changements de comportements que l’on peut voir apparaître :

    • Repli sur soi
    • Augmentation des conflits interpersonnels
    • Désintéressement
    • Baisse de l’efficacité au travail ou à l’école
    • Augmentation de la consommation d’alcool, de tabac, de drogues ou de médicaments
    • Augmentation de la fréquence des accidents et des maladies
    • Diminution du désir sexuel
    • Changement dans les habitudes alimentaires
    • Pensées suicidaires

     

    Quand aller consulter?

    Il est recommandé d’aller consulter un médecin ou un psychologue lorsque les réactions sont très intenses et perturbent le mode de fonctionnement de la personne.  L’apparition de flashback est un signe que ça ne va pas bien.  Une consultation auprès d’un professionnel serait importante pour entamer un processus de guérison.  Il est démontré qu’une intervention précoce permettra à la personne de se remettre beaucoup plus rapidement du traumatisme et pourra diminuer les risques que la personne développe un état de stress post-traumatique.

    Saviez-vous que?

    Si votre traumatisme est causé par un acte criminel, il est possible que les rencontres de psychologie soient payées par le fond d’indemnisation des victimes d’acte criminel ( IVAC).  Afin d’en savoir plus, je vous encourage à contacter le centre d’aide aux victimes d’acte criminel (CAVAC).  Ils sauront vous guider et vous accompagner dans ce processus de demande d’indemnisation.

    Pour les joindre :  www.cavac.qc.ca

     

    Voici quelques exemples tirées de la pratique privée qui illustrent comment les animaux peuvent aider les enfants et les adultes qui consultent pour des situations similaires :

    •  Un jeune client de moins de 4 ans, témoin d’une tentative de meurtre sur un de ses parents, chante une chanson au cochon d’Inde pour le rassurer;
    • Un enfant de 7 ans, victime d’agression physique dans un contexte d’intimidation à l’école, qui a beaucoup de difficultés à entrer en contact avec ses émotions parce qu’elles sont trop souffrantes et trop intenses accepte de  répondre à mes questions par période de deux minutes :  Deux minutes, il joue avec le lapin, deux minutes il me raconte son histoire;
    • Une femme adulte, victime d’une tentative de meurtre, flatte Félix le chat de la clinique, tout en parlant des événements de violence dont elle a été victime.

     

    Heureusement, ce type de situation ne nous arrive pas régulièrement. L’important est de se rappeler que si ça devait nous arriver, plusieurs réactions sont normales.  Ce qui est anormal, c’est la situation elle-même.  Personne ne devrait vivre d’événements où il craint pour sa vie ou pour celle d’un autre.  Ces situations, si elles sont traitées rapidement, peuvent se résorber moyennant quelques rencontres en psychologie dans un délai de 4 semaines.

    À bientôt !

    JeanneElise

    Jeanne Elise Gagnon, M.Ps., M.Sc., est psychologue clinicienne et organisationnelle à la Clinique Amis-Maux auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes.  Formatrice et conférencière, elle se déplace en entreprise pour offrir du coaching au gestionnaire, de la médiation, des formations et des animations.

    Je partage !Share on FacebookShare on Google+
  • Posté par Pier-Olivier Cloutier-Denis le 30 janvier 2017, 20 h 50 min

    Depuis l’âge adulte je ne réussis plus dans rien alors que j’ai un potentiel dit supérieur selon certains professionnels mon cognitif et surtout mon social est déficient et je suis anxieux à seulement avoir une discussion avec autres que mes parents, je suie plein de therapies et rien ne fonctionne.Je me demande si je pourrais être asperger.Je ne m’intéresse pas aux autres et je me sens toujours à l’écart j’ai un tdah aussi.Svp j’aimerais savoir ce qui m’arrive.Merci

    Répliquer →

Commenter

Annuler le commentaire

Aidants naturels

Je partage !Share on FacebookShare on Google+